Quand la musique est bonne!

Accueil » Blog » Aidants proches » Quand la musique est bonne!
Personnages qui dansent sur la musique

Le 21 juin, nous célébrerons, comme plus d’une centaine de pays désormais, la fête de la musique. C’est pourquoi cette semaine nous avons eu envie de vous parler des bienfaits de la musique, pour tous et particulièrement pour les personnes âgées.

Pour la petite histoire…

Tout d’abord, rafraichissons-nous la mémoire : la fête de la musique est née en France en 1982. Cette année fut décidément une année faste pour la promotion des arts ! Souvenez-vous, nous vous avions déjà parlé de cette année dans un autre article du blog ( ICI). C’est aussi en 1982 que la journée mondiale de la danse a été instaurée. 

La fête de la musique a été imaginée par Jack Lang, Ministre de la Culture, assisté de Maurice Fleuret, Directeur de la musique et de la danse du Ministère de la Culture et de Christian Dupavillon, architecte scénographe. Tous les 3 ont voulu que cette fête soit une grande manifestation populaire permettant à tous les musiciens de s’exprimer et de se faire connaitre. La date du 21 juin a été retenue en raison de son caractère symbolique. En effet, c’est le jour du solstice d’été et c’est aussi le jour le plus long de l’année dans l’hémisphère Nord. La fête de la musique s’est depuis exportée dans des dizaines d’autres pays.

La musique est bonne !

Le traitement de la musique mobilise un grand nombre de neurones. Le système auditif intervient tout d’abord. Ensuite, différentes aires cérébrales impliquées dans des fonctions aussi diverses que la mémoire, les émotions, la motricité, le langage sont sollicitées. Enfin, il ne faut pas oublier le circuit de la récompense : celui-ci produit de la dopamine quand nous écoutons une musique qui nous plaît.

De nombreuses équipes de recherche comme celle d’Hervé Platel à Caen ou encore celle d’Emmanuel Bigand à Dijon s’intéressent désormais aux effets de la musique. Celle-ci est envisagée comme un véritable support thérapeutique dans des pathologies aussi variées que la maladie de Parkinson, la maladie d’Alzheimer et les maladies apparentées ou encore la rééducation post accident vasculaire cérébral. D’ailleurs Emmanuel Bigand en parle très bien dans cette vidéo (ICI).

De plus en plus de données scientifiques tendent aussi à montrer l’effet préventif de la pratique musicale dans la survenu de maladies neurodégénératives. Il ne s’agit pas pour autant d’apprendre à jouer d’un instrument. Même l’écoute passive de musique de façon régulière pendant 3 à 6 mois améliore le fonctionnement cognitif et le bien-être!

N’oublions pas non plus que la musique est aussi un formidable outil pour réduire l’isolement social.

Des exemples inspirants :

1. Des capacités d’apprentissage préservées chez les patients souffrant d’une maladie d’Alzheimer

Les travaux de l’équipe du Pr Platel à Caen*, en collaboration avec le Dr Letortu, médecin de l’unité Alzheimer de l’EHPAD Les Pervenches dans le Calvados, ont permis de mettre en évidence certaines capacités préservées d’apprentissage.

Ces travaux ont en effet montré que des patients atteints de maladie d’Alzheimer ou d’une maladie apparentée à un stade modéré à sévère, arrivaient à apprendre des chansons nouvelles en moins de huit semaine (à raison d’1h30 de pratique musicale par semaine). Pour en savoir plus, vous pouvez visionner cette courte interview du Pr Platel (ICI).

L’équipe a répliqué l’expérience avec l’écoute musicale d’une chanson 1 fois par jour pendant 8 jours. Les chercheurs ont montré que les patients éprouvaient un sentiment de familiarité pour les mélodies écoutées et ce même 2 mois et demi après la dernière écoute. Ceci confirme l’inscription durable dans la mémoire de la musique et prouve que ces patients conservent des capacités d’apprentissage.

Certaines structures d’accueil utilisent maintenant cette aptitude musicale pour faciliter le quotidien. Par exemple, il peut s’agir :

  • D’utiliser une mélodie chantée familière pour ritualiser la toilette 
  • Ou encore, d’utiliser des musiques spécifiques pour annoncer certaines activités dans certaines pièces. Ainsi, cela favorise le repérage dans le temps et dans l’espace.

*laboratoire de Neuropsychologie et imagerie de la mémoire INSERM de Caen


2. Le pouvoir d’éveil cognitif de la musique

Nous ne résistons pas à l’envie de vous parler de l’histoire de l’association américaine Music and Memory.

En 2006, Dan Cohen, un travailleur social, décide de devenir visiteur bénévole dans des établissements pour personnes âgées de New York. Il a eu une idée simple. Il s’est dit que si un jour il devait aller vivre dans un de ces établissements, il voudrait pouvoir écouter la musique des années 60 qu’il affectionne. Or il s’est rendu compte que dans ces résidences, les lecteurs mp3 de type Ipod sont très peu utilisés. Il commence donc à rechercher des fonds pour acheter des lecteurs. Ensuite il se met à créer pour les résidents des playlists de leurs chansons ou morceaux favoris. Le personnel et les familles des résidents lui fournissent de l’aide pour en apprendre plus sur les goûts musicaux de ceux-ci lorsqu’ils ne sont plus en capacité de s’exprimer.

En 2010, il créé l’association Music and memory. A cette époque il a déjà distribué plus de 200 ipod dans 4 résidences de New York. Les effets qu’il constate auprès des résidents sont tellement surprenants qu’il demande à Michael Rossato-Bennett, un ami cinéaste, de le suivre une journée pour filmer les effets constatés. Celui-ci est tellement enthousiasmé qu’il décide d’accompagner Dan plusieurs mois et de réaliser un documentaire :

« Alive inside : a story of music and memory»

Le documentaire fait l’objet d’une avant-première au musée d’art Rubin de New York en 2012. Rapidement un extrait qui montre Henry, un résident qui « s’éveille » en écoutant ses chansons favorites de Cab Calloway (ICI) devient virale sur internet.

L’action de Music and Memory commence alors à s’étendre sur tous les états américains ainsi qu’au Canada et en Europe. Beaucoup de bénévoles sont des étudiants qui se chargent de la création des playlists personnalisées. En 2014, le documentaire Alive Inside reçoit le prix du public au festival de Sundance.

Si vous n’avez pas vu ce documentaire émouvant, nous vous le conseillons! Il est désormais disponible à la vente en version sous-titrée en français.

En pratique, comment partager un moment musical avec mon proche ?

Ce qui est intéressant avec la musique, c’est qu’hormis en cas de troubles auditifs sévères, elle est accessible à tous. Si vous souhaitez en faire profiter votre proche, vous pouvez bien sûr écouter de la musique qu’il affectionne avec lui.

Vous pouvez aussi :

  • Lui créer une playlist personnalisée avec ses morceaux préférés. Si vous êtes en panne d’inspiration, vous trouverez même des playlists déjà constituées, comme par exemple sur le site de la fête de la musique (il y en a une spéciale qui s’appelle « playlist fête des mères » : ici )
  • Si vous avez l’occasion d’emmener votre proche assister à un concert, faites-le ! C’est une bonne occasion de sortie. Si vous n’avez pas la possibilité de vous y rendre, pensez aux concerts retransmis en vidéo (au cinéma ou à la télévision). Si l’heure de diffusion est trop tardive, pensez également à la fonction replay ou enregistrement de votre téléviseur. Enfin, vous avez aussi les chaînes télévisées ou radiophoniques dédiées à la musique.
  • Chantez pour votre proche ou incitez-le à le faire. Vous serez parfois surpris de constater qu’il ou elle est encore capable d’entonner des chansons apprises dans sa jeunesse!
  • Proposez des activités musicales : jeux rythmiques, quizz, textes à trous, relaxation… Les idées ne manquent pas et feront sans doute l’objet d’une vidéo sur le sujet. Comme pour le jeu (voir article du blog ici), prévoyez un temps dédié, dans un endroit calme. Ne forcez pas votre proche et assurez-vous de ne pas le sur-stimuler : l’objectif est de proposer une activité agréable.

Voici quelques exemples de quizz ou de jeux musicaux pour vous et votre proche :

  • un Quizz sur les années 60 ICI
  • Des blind tests (ou tests à l’aveugle) sur les années 50 ICI ou encore celui-ci sur les années 70 :
  • Un jeu qui ressemble un peu à un célèbre jeu télévisé et qui s’appelle « Termine les paroles ». Le principe est simple, vous faites écouter les premières paroles d’une chanson à votre proche et lorsque vous coupez la musique vous lui demandez de continuer les paroles. Un exemple ICI.

Si vous avez envie de partager vous aussi vos idées ou vos expériences sur l’utilisation de la musique, n’hésitez pas à nous laisser vos commentaires !

Nous vous souhaitons une belle fête de la musique.

On se retrouve la semaine prochaine et d’ici là, prenez soin de vous !

Partager sur les réseaux sociaux

Laissez un commentaire





Derniers articles

art-thérapie

Connaissez-vous l’art-thérapie ?

Dans les programmes d’accompagnement pour les aidants que nous proposons (voir ICI), nous intégrons régulièrement de l’art-thérapie. Cependant, il nous a semblé que de…

Informations utiles pour les aidants

Solutions utiles pour les aidants pendant le confinement.

Dès le début du confinement, nous avons mis en place une nouvelle publication hebdomadaire sur le site appelée la Revue du web. Néanmoins, il…

Maladie à corps de Lewy

Maladie à corps de Lewy : encore trop méconnue.

Le 11 avril est la date de la journée mondiale de la maladie de Parkinson. Nous aurions donc pu écrire un article sur cette…

Trouver des informations validées

Coronavirus : comment trouver des informations fiables ?

Comme beaucoup, vous vous sentez peut-être noyé par le flot d’informations sur le Coronavirus. Il n’est pas toujours simple de distinguer vraies et fausses…

Activité physique adaptée (APA)

Bouger plus grâce à l’activité physique adaptée (APA)

Vous le savez sans doute, l’activité physique est bénéfique à la santé. D’ailleurs elle l’est aussi bien pour la santé de votre proche que…

Médicaments et personnes âgées

Six règles de bon usage des médicaments chez les personnes âgées

Chaque année la iatrogénie est responsable de nombreuses hospitalisations de personnes âgées. Or une partie de ces hospitalisations pourrait être évitable en faisant une…

Vous souhaitez en savoir plus, suivre notre actualité, trouver des conseils?

Abonnez-vous à notre newsletter mensuelle

et recevez gratuitement un livre blanc informatif.