Bouger plus grâce à l’activité physique adaptée (APA)

Accueil » Blog » Aidants proches » Bouger plus grâce à l’activité physique adaptée (APA)
Activité physique adaptée (APA)

Vous le savez sans doute, l’activité physique est bénéfique à la santé. D’ailleurs elle l’est aussi bien pour la santé de votre proche que pour la vôtre !

Vous avez besoin de quelques exemples de ces bénéfices ?

  • Éviter les problèmes de surpoids
  • Améliorer l’endurance cardio respiratoire et limiter les problèmes cardiovasculaires
  • Réduire le risque de chutes (nous vous en avions parlé ICI)
  • Entretenir sa masse musculaire et son capital osseux
  • Stimuler ses défenses immunitaires
  • Évacuer le stress

A tout âge il est donc important de maintenir une activité physique.

Le saviez-vous ?

L’Organisation Mondiale de la Santé recommande aux personnes de 65 ans et plus de pratiquer au moins 150 minutes hebdomadaires d’activité d’endurance d’intensité modérée. Par ex. 30 minutes d’activité d’intensité modérée 5 fois par semaine.

Pour lire toutes les recommandations de l’OMS sur l’activité physique pour les plus de 65 ans, c’est ICI.

C’est pourquoi cette semaine nous avons interviewé pour vous Benjamin Braquet, fondateur de la start up sociale Eté Indien qui propose de l’activité physique adaptée (APA) pour les seniors (on vous en dit plus sur Eté Indien à la fin de cet article). Benjamin a répondu à toutes nos questions sur l’APA.

I. Qu’est-ce que l’activité physique adaptée (APA) ?

L’APA c’est 2 choses :

  1. De l’activité physique orientée dans une logique de santé. Ce n’est pas de l’activité physique de loisir ou occupationnelle. C’est de l’activité physique pour améliorer un état de santé ou réduire des symptômes dans le cadre d’une pathologie ou réduire les effets du vieillissement.
  2. De l’activité physique adaptée au profil de la personne. C’est le professionnel qui s’adapte au public et pas l’inverse. Contrairement à du coaching sportif classique, l’idée n’est pas tant de proposer un programme sans distinction à un groupe de personnes mais de prendre en considération les caractéristiques de la personne. Ces caractéristiques peuvent être des caractéristiques physiques, psychiques, un handicap.

L’APA n’est pas réservée aux personnes âgées mais plutôt aux personnes dites fragiles : les personnes en perte d’autonomie, les personnes souffrant d’obésité, les personnes en situation de handicap, les personnes sortant d’hospitalisation…

II. Est-ce qu’il y a des contre-indications à l’APA ?

En théorie non, on doit pouvoir s’adapter à chaque situation. On prend en compte les antécédents de la personne pour choisir ce qui est le plus adapté pour faire travailler tel ou tel groupe musculaire, ou telle fonction du métabolisme. Nous nous renseignons pour savoir si la personne souffre d’arthrose, quelles opérations elle a subies, si elle porte des prothèses, si elle a des pathologies cardiaques, si elle est hypertendue ou diabétique. On peut aussi prendre contact avec le médecin traitant voire le médecin spécialiste si la personne est suivie pour une pathologie. Il peut éventuellement y avoir une contre-indication cardiaque. 

On peut aussi pratiquer l’APA en EHPAD. Nous venons de mener une expérimentation sur un EHPAD des Ardennes avec des personnes qui avaient différentes pathologies et différents troubles cognitifs ou du comportement. Les résultats sont très intéressants et même beaucoup plus marqués que sur un jeune public. Il y a eu des améliorations notables sur le sommeil, l’appétit, la mobilité, l’anxiété, les capacités de mémorisation qui se sont améliorées. L’activité physique peut aussi avoir un effet bénéfique sur la qualité de vie.

III. Quelles sont les activités pratiquables en APA ?

La plupart des activités peuvent être menées debout ou assis selon les capacités des personnes. La discipline la plus connue est la gym douce. On a aussi des disciplines de bien-être qui font appel aux mouvements comme le yoga, le Qi-gong, le reiki.

Ma vision c’est que l’APA ce n’est pas tant une question de discipline mais plutôt une logique de prévention : on va travailler le cardiovasculaire, le renforcement musculaire, l’équilibre. Les exercices se font en fonction de l’objectif et peu importe que ce soit tel ou tel mouvement, avec ou sans appareil. Nous n’insistons pas du tout sur le type de pratique mais sur la finalité, l’objectif.

Nos enseignants APA sont plutôt spécialisés sur certaines pathologies ou des logiques de prévention plutôt que sur une ou plusieurs disciplines sportives. Bien sûr on va avoir des enseignants formés en yoga mais les enseignants APA sont beaucoup plus spécialisés : sur l’arthrose ou sur la maladie d’Alzheimer par exemple.

IV. Comment trouver un coach ou un cours en APA ?

C’est de plus en plus facile mais il faut effectivement chercher un peu. La première possibilité, c’est de se rapprocher de sa complémentaire santé. Beaucoup proposent des séances localement avec des structures comme nous ou avec des enseignants indépendants, en libéral.

Beaucoup de collectivités mettent aussi des choses en place via le CCAS ou via les centres sociaux, parfois gratuitement.

Si on a un peu plus d’argent on peut aussi faire appel à un enseignant APA libéral. Celui-ci peut se déplacer à domicile.

En résidence autonomie ou en EHPAD, les structures peuvent prendre en charge de manière totale ou partielle des cours d’APA. Les résidences autonomie en particulier proposent souvent de l’APA dans leur bouquet de services.

Il y a aussi des associations locales ou des fédérations sportives qui peuvent en proposer, par exemple la fédération « Sport pour tous ». Là il faut prendre une adhésion, une licence pour pratiquer.

Certaines associations de seniors proposent aussi de l’activité physique dont de l’APA et financent ces activités par la cotisation des adhérents.

Il faut un peu fouiller mais l’offre en APA est beaucoup plus large qu’il y a 10 ou 15 ans.

V. Qu’est-ce que le sport sur ordonnance ?

Désormais il est possible de faire du sport sur ordonnance. Cette possibilité est née d’un décret de 2016 entré en application début 2017. Ce décret permet à des médecins de prescrire de l’APA à des personnes souffrant d’une affection longue durée. Des réseaux sont organisés à l’initiative des Agences régionales de santé (dans le Grand Est c’est Prescri’Mouv) pour réunir et labelliser les professionnels de l’APA.

La communication auprès des médecins est passée mais il va falloir qu’ils prennent l’habitude d’en prescrire. Il y a aussi le problème du remboursement. Actuellement l’APA n’est pas remboursée par la sécurité sociale. Il peut y avoir une prise en charge partielle par les complémentaires santé. C’est encore un frein important à la fois pour les médecins et pour les patients, malgré l’intérêt que ça peut avoir pour la santé. Aujourd’hui s’il n’y a pas de financements complémentaires, par exemple de collectivités, la prescription est encore peu utilisée. Certaines collectivités prennent des initiatives : l’agglomération de Strasbourg a par exemple financé des parcours de soins. 

VI. Est-ce qu’il y a besoin d’un certificat de non contre indication au sport ?

Oui, la plupart des structures, dont la nôtre, demandent un certificat médical de non contre-indication. Dans le cadre de la prescription d’APA sur ordonnance, il faut initialement faire un bilan de forme auprès d’un éducateur sportif certifié : c’est le début du parcours.

En savoir plus sur Été Indien

Tout comme Haltemis, Été Indien est une entreprise sociale champardennaise. Elle a été cofondée par Benjamin Braquet et Julien Odienne. Benjamin vous en dit plus :

« Eté Indien est une Start up ardennaise, une entreprise agréée ESUS (Entreprise Solidaire d’Utilité Sociale). Eté Indien est spécialisée dans la prévention santé des personnes seniors par l’activité physique adaptée (APA).

Notre métier c’est l’activité physique adaptée et notre valeur ajoutée c’est de proposer un accompagnement complet de la personne. On utilise le terme d’accompagnement individualisé continue et mesurable.

Ça signifie que contrairement à la majorité des acteurs dans notre secteur, on ne fait pas uniquement des séances collectives avec un professionnel ; on le fait aussi, mais on ne fait pas que ça. Nous proposons également un accompagnement de la personne avec différents outils notamment digitaux. L’idée c’est d’être présent au quotidien pour la personne et pas seulement quand il y a des séances avec le coach. 

Nous recherchons plusieurs objectifs :

  • Permettre à la personne de pratiquer plus et de faire plus qu’une heure d’activité physique par semaine. Une heure ce n’est pas suffisant pour avoir un bénéfice sur la santé.
  • Accompagner la personne pour qu’elle ne se sente pas seule. Elle doit se sentir suivie dans son projet pour reprendre ou commencer une pratique sportive.
  • Rendre cette personne actrice de sa santé. Nous échangeons beaucoup avec elle par téléphone. Elle peut nous faire ses retours sur ses ressentis, éventuellement ses douleurs, son état de forme physique, psychique. 

Nous récoltons aussi beaucoup d’informations sur la personne via un bilan de forme initial d’abord et que nous faisons repasser régulièrement. Ce bilan suit un protocole : il permet de mesurer l’équilibre, la force musculaire, l’endurance, la souplesse.

Pour créer ce bilan nous avons collecté des résultats d’études universitaires pour identifier des normes de générations (c’est à dire des résultats moyens pour un âge et un genre). Nous avons ensuite compilé ces informations et nous avons créé un outil informatique qui permet de générer le bilan et de l’éditer.

Nous rentrons les résultats de la personne et nous les analysons. Cela nous permet de recommander des exercices à faire à la maison. Nous transmettons aussi les informations à l’éducateur sportif pour qu’il adapte ses séances à la personne. Cela nous donne une connaissance de la personne qui est bien meilleure que s’il y avait seulement une séance avec un coach. Nous proposons les exercices à faire à la maison via une vidéothèque en ligne. Nous orientons la personne vers des séances en vidéo que nous avons créées.

L’APA est proposé par des enseignants en APA. Le profil que nous recherchons le plus, c’est une personne qui a un diplôme Bac+3 ou Bac+5 dispensé par la faculté des sports (UFR STAPS). »

Information bonus !

Nous espérons que cet article vous a plu et vous aura donné envie de pratiquer une activité physique ! Sachez que pendant cette période de confinement, Été Indien a décidé de rendre gratuit l’accès à sa vidéothèque ! Pour vous mettre à l’APA pendant cette période de confinement, c’est ICI.

Prenez soin de vous et des autres. Adoptez les gestes barrières et prenez-soin de vous !

Partager sur les réseaux sociaux

Laissez un commentaire





Derniers articles

Informations utiles pour les aidants

Solutions utiles pour les aidants pendant le confinement.

Dès le début du confinement, nous avons mis en place une nouvelle publication hebdomadaire sur le site appelée la Revue du web. Néanmoins, il…

Maladie à corps de Lewy

Maladie à corps de Lewy : encore trop méconnue.

Le 11 avril est la date de la journée mondiale de la maladie de Parkinson. Nous aurions donc pu écrire un article sur cette…

Trouver des informations validées

Coronavirus : comment trouver des informations fiables ?

Comme beaucoup, vous vous sentez peut-être noyé par le flot d’informations sur le Coronavirus. Il n’est pas toujours simple de distinguer vraies et fausses…

Médicaments et personnes âgées

Six règles de bon usage des médicaments chez les personnes âgées

Chaque année la iatrogénie est responsable de nombreuses hospitalisations de personnes âgées. Or une partie de ces hospitalisations pourrait être évitable en faisant une…

Iatrogénie et personnes âgées

Médicaments chez les personnes âgées : limiter la iatrogénie.

Si le proche que vous accompagnez a plus de 75 ans, il prend probablement des médicaments. En effet, plus de la moitié des personnes…

20 conseil pour bien dormir

20 conseils pour bien dormir.

Vous le savez, nous pensons que pour prendre soin des autres il faut d’abord bien prendre soin de soi. Et prendre soin de soi,…

Vous souhaitez en savoir plus, suivre notre actualité, trouver des conseils?

Abonnez-vous à notre newsletter mensuelle

et recevez gratuitement un livre blanc informatif.