Connaître les 4 dimensions de besoins des aidants et y répondre

Accueil » Blog » Aidants professionnels » Connaître les 4 dimensions de besoins des aidants et y répondre
Haltemis blog aidants pro connaître les 4 dimensions de besoins et y répondre

Maintenant que vous en savez un peu plus sur Haltemis (voir posts 1 et 2), arrêtons-nous sur les besoins des aidants. Notre objectif est de pouvoir proposer des services qui répondent aux 4 dimensions de besoins des aidants. Vous vous demandez ce que sont ces 4 dimensions : on vous dit tout juste en dessous !

Les 4 dimensions de besoins ont été décrites par Sébastien Gand et son équipe dans une étude commandée par la CNSA et publiée en 2014*, livre dont nous vous recommandons chaudement la lecture si cette thématique vous intéresse (petite précision : nous ne touchons aucune commission) : 

*« Aider les proches aidants : Comprendre les besoins et organiser les services sur les territoires » de Sébastien Gand, Léonie Hénaut, Jean-Claude Sardas. Nov. 2014, Editions Presses des mines

1. La dimension cognitive : 

L’aidant a besoin d’avoir facilement accès aux informations facilitant son rôle d’aidant.

En général, surtout au début de la situation d’aide, il cherche à se renseigner sur la maladie, le problème de santé ou le handicap de son proche. Il a besoin d’acquérir les savoirs, savoir-être et savoir-faire qui ne feront pas de lui un aidant professionnel mais un aidant compétent. Encore faut-il qu’il trouve de l’information validée…ce qui n’est pas toujours le cas quand il fait ses recherches seul sur le net.

Il a aussi besoin de savoir à qui s’adresser pour trouver les renseignements sur les aides disponibles (aides humaines et financières). Or ce n’est pas toujours évident de repérer le bon interlocuteur.

2. La dimension relationnelle :

Trop souvent, la situation d’aide impacte la vie sociale de l’aidant et conduit à son isolement. Il est important qu’il puisse maintenir un lien social pour ne pas être à la marge de la société qui l’entoure. 

Quand la maladie ou le handicap du proche « s’invitent » dans la relation, ils peuvent l’abîmer. Or le proche ne se résume pas à son état de santé. Il faut que le binôme aidant/aidé puisse partager des moments agréables, qui ne soient pas centrés sur la maladie ou le soin. L’aidant a parfois besoin de retrouver confiance dans les capacités restantes de son proche :

  • Pour ne pas tout faire à sa place 
  • Pour changer son point de vue et ne pas se focaliser uniquement sur tout ce qui est perdu mais aussi et surtout sur ce qui reste

Enfin, l’aidant doit apprendre à composer une relation sereine avec tous les autres aidants qui vont l’assister dans sa tâche, que ce soit d’autres aidants de l’entourage ou bien vous, les aidants professionnels (services sociaux, aide-ménagère, infirmière, médecin traitant, etc…).

3. La dimension physiologique :

Les conséquences sur la santé de l’aidant de la relation d’aide au long cours ne sont pas anodines (cf conséquences décrites dans le post 2). Pour rester en forme et aider durablement, l’aidant doit apprendre à prendre soin de lui. D’autant plus que parfois, il a lui-même des problèmes de santé préexistants nécessitant un suivi régulier. Pour se reposer et éviter l’épuisement, les moments de répit sont indispensables…ce qui suppose pour l’aidant d’avoir intégré cette notion et de savoir comment trouver du répit.

4. La dimension subjective :

Cette dimension correspond au sentiment de maîtriser les trois précédentes dimensions. L’aidant a besoin de se sentir à l’aise dans son rôle d’aidant et confiant dans l’avenir.

La situation d’aide est une situation subie : il est impossible de s’y préparer à l’avance. Néanmoins, en étant soutenu l’aidant peut s’accommoder de cette situation et même y trouver une certaine gratification, ne serait-ce que parce qu’il a le sentiment de faire ce qui est bien pour son proche.

Regardez bien ces dimensions : ne peuvent-elles pas s’appliquer aux aidants professionnels ?

  1. Vous avez besoin de vous former en continu et de rester informés.
  2. Il est important de bien communiquer avec vos pairs, avec les malades et avec leurs aidants et d’avoir une vie sociale riche.
  3. Pour bien prendre soin des autres, il faut d’abord prendre soin de soi et parfois, les cordonniers sont les plus mal chaussés !
  4. Vous êtes aidants professionnels par choix, pour autant êtes-vous à l’aise avec toutes les situations ? N’éprouvez-vous jamais le besoin d’être soutenus ?

Maintenant que vous savez tout sur les dimensions de besoins, vous allez mieux comprendre comment fonctionne le site Haltemis. Notre objectif est de proposer à tous les aidants des services pour répondre à ces différents types de besoins. Vous verrez ainsi que sur le site, chaque article et chaque outil est classé dans une catégorie de besoins :

  • Se former et s’informer
  • Cultiver les liens
  • Prendre soin de soi
  • S’épanouir

N’hésitez pas à commenter l’article, à nous faire part de vos idées, de vos expériences. L’un des principes de notre projet est de le faire évoluer grâce à vos retours pour qu’il réponde le mieux possible à vos attentes.

Si vous souhaitez en savoir plus sur Haltemis, si le sujet vous intéresse, n’hésitez pas à commenter l’article, à nous faire part de vos idées, de vos expériences ou à nous contacter. Si vous voulez savoir comment avance le projet, vous pouvez aussi vous inscrire à la newsletter.

Partager sur les réseaux sociaux

Laissez un commentaire





Derniers articles

Haltemis blog post 3 proches aidants répondre aux 4 types de besoins des aidants

Répondre aux 4 dimensions de besoins des aidants

L’objectif d’Haltemis est de pouvoir proposer des services qui répondent aux 4 dimensions de besoins des aidants. Vous vous demandez ce que sont ces…

Haltemis blog post 2 j'aide, tu aides, nous aidons

J’aide, tu aides, nous aidons

Autour de vous, n’avez-vous jamais rencontré une personne qui accompagne un proche âgé ?  Vous savez, une épouse qui s’occupe de son mari qui a…

Haltemis blog post 1 faisons les présentations

Faisons les présentations

Je m’appelle Anne et je suis médecin généraliste et gériatre. J’ai fondé Haltemis en mars 2018 afin d’accompagner les aidants familiaux et professionnels. Mon…

Abonnez-vous à la newsletter

Ne manquez pas notre actualité. Inscrivez-vous pour rester informé